Les adolescentes musulmanes lesbiennes : l’effet de l’endoctrinement LGBT sur la Oumma …

[Total : 3    Moyenne : 5/5]

Hier, j’ai eu une conversation qui m’a fait réfléchir avec une autre maman musulmane sur le sujet des adolescents musulmans qui tombent dans l’homosexualité.

Nous parlions de nos fils aînés et du fait qu’ils approchent tous deux rapidement de l’adolescence, son fils aîné ayant 11 ans et le mien presque 9 ans. Nous réfléchissions toutes les deux à l’impression que nos enfants avaient traversé dans leur première décennie de vie à toute vitesse et qu’ils étaient maintenant à l’aube de l’adolescence tant redoutée.



Comme on dit, « les jours sont longs mais les années sont courtes ». J’ai dit : « Nous entrons dans un nouveau territoire avec une nouvelle série de défis. Avant, c’était le défi de changer constamment les couches, les guerres de sieste quotidiennes, les crises de colère des tout-petits et les bagarres avec les frères et sœurs pour les jouets.

Bientôt, inchâ-Allâhou, il s’agira de parler de conduire prudemment, de fréquenter de bons amis qui ne fument pas, ne se droguent pas et ne jurent pas, de ne pas devenir accro aux jeux vidéo et d’être prudent avec le sexe opposé. » « Ou… le même genre », dit mon ami.

« Ce genre de choses se passe aussi dans la communauté musulmane. Mais la plupart des parents musulmans n’ont aucune idée de ce que font leurs enfants. » Mon amie m’a parlé d’un cas sur lequel elle est tombée récemment: deux filles musulmanes issues de familles musulmanes pratiquantes très religieuses ont fait leur coming out en tant qu’amantes lesbiennes. Ces deux filles avaient été en couple pendant un certain temps sous le nez de leurs parents, bien avant que quelqu’un ne remarque quoi que ce soit. Elles sont toutes deux nées dans des familles musulmanes très pratiquantes dans une grande ville américaine où la communauté musulmane est importante. Les deux filles ont grandi en priant cinq fois par jour, en portant le hijab, en allant à l’école islamique. L’une d’entre elles a même été scolarisée à domicile par sa mère pendant les quatre années de lycée en Arabie Saoudite, où la famille s’était installée pour essayer de vivre dans un pays musulman sain. Les deux filles avaient mémorisé une bonne partie du Coran et avaient des professeurs à qui elles le récitaient quotidiennement. Mais elles sont quand même devenues lesbiennes à l’adolescence, quelques années après s’être rencontrées et être devenues amies.

Puis ça a dégénéré en quelque chose d’autre. L’une des filles avait toujours été un peu garçon manqué, portant des sweats à capuche trop grands et des pantalons cargo avec son hijab au lieu de l’abaya. L’autre fille était plus féminine. Elles se sont rencontrées par l’intermédiaire de leurs familles, car leurs mères étaient amies et toutes deux étaient actives dans la communauté. Les deux filles, âgées d’environ 18 ans, ont sympathisé et ont commencé à se fréquenter en tant qu’amies. Elles sont bientôt devenues inséparables, faisant presque tous ensemble. Cela n’a pas déclenché de signaux d’alarme, car les meilleures amies du même sexe sont toujours ensemble. Puis les filles ont décidé de partir en Égypte pendant un an pour étudier l’arabe. Leurs parents les ont autorisées à y aller ensemble, pensant qu’apprendre l’arabe dans un pays arabe était une bonne chose. Les deux jeunes femmes, maintenant âgées d’une vingtaine d’années, ont vécu ensemble dans leur propre petit appartement en Égypte et ont été seuls ensembles pendant un an. Quelque temps après leur retour aux États-Unis, la nature de leur relation a été accidentellement découverte lorsqu’un membre de la famille de l’une des jeunes filles est tombé sur des SMS explicites. C’est alors que tout a basculé. Les familles des deux jeunes filles ont été choquées, abasourdies et sans voix. Leurs mères ont pleuré. Les familles étaient accablées par le chagrin, affaiblies par la dépression, la confusion et la culpabilité. Les filles se sentent un peu coupables, mais pensent qu’elles n’ont vraiment pas à s’excuser et sont presque soulagées que le secret soit enfin révélé. Les deux jeunes femmes, maintenant âgées d’une vingtaine d’années, vivent seules dans un nouvel État, loin de leurs parents. Elles ont un « bébé », un chien de compagnie qui vit avec elles dans l’appartement. Ils créent du contenu sur les médias sociaux, publient des messages et des vidéos sur le fait d’être sans complexe « queer (étrange-minorité sexuelle) et musulman ».


Parents musulmans, nourrissez votre relation avec vos enfants dès leur plus jeune âge. Ouvrez la voie à une relation parent-enfant profonde, réelle et significative.


Donnez le ton de cette relation dès le plus jeune âge, en établissant des lignes de communication ouvertes dès l’enfance. Rien ne peut remplacer cette base que vous seul pouvez construire. Ne vous fiez pas aux « prédicateurs » occidentaux populaires (celui qui appelle les gens à croire en Allah (Gloire à Lui)) ou aux orateurs célèbres pour éduquer vos enfants sur ce sujet sensible.

C’est un sujet que ces orateurs musulmans célèbres n’abordent pas parce qu’ils sont trop sous les feux de la rampe et qu’ils ne veulent pas être considérés comme des homophobes fanatiques.

Certains des plus grands « shaykhs » célèbres font même des déclarations qui confondent ces questions, laissant entendre qu’il n’y a rien d’incompatible entre l’islam et les LGBTQ. Des activistes musulmans américains célèbres et des guerriers de la justice sociale poussent, de manière flagrante et effrontée, le programme libéral LGBTQ de « tolérance et d’acceptation » pour « tous les genres » et « toutes les orientations sexuelles » parce qu’Allah est miséricordieux.

Pratiquement personne ne les corrige. Faut-il s’étonner que, dans ce désordre, les jeunes adolescents musulmans soient totalement désorientés ?

Parents, comptez d’abord et avant tout sur Allah, puis faites de votre mieux dans le domaine des efforts parentaux. Rien ne peut remplacer votre amour et votre attention pour les vôtres. Rien ne peut remplacer l’attention que vous portez aux détails de la vie intérieure de votre enfant, à ses pensées et à ses sentiments. Rien ne peut remplacer le lien que vous devriez avoir avec vos enfants, où ces derniers savent qu’ils peuvent venir vous voir pour n’importe quoi.

Ayez des conversations franches sur des sujets sensibles, même si vous vous sentez un peu mal à l’aise.

Laissez vos jeunes enfants vous poser des questions sans fin, et répondez-leur patiemment. Permettez à vos enfants de faire des bêtises et de venir vous voir pour reconnaître leurs erreurs, sans que vous vous mettiez en colère. Laissez vos enfants, dès leur plus jeune âge, exprimer leurs véritables pensées et leurs sentiments authentiques et trouver en vous un havre de paix. Vous devez être un endroit doux où vos enfants peuvent se poser. Cela commence très, très tôt dans la vie de l’enfant.

La préparation aux années tumultueuses de l’adolescence se fait dès la petite enfance, bien avant le début de l’adolescence. La fenêtre dans laquelle les parents doivent inculquer le caractère, les habitudes et la droiture à leurs enfants est étonnamment courte – et ensuite cette fenêtre se referme. Qu’Allah nous accorde à tous une protection contre la fitna de l’époque dans laquelle nous vivons, et qu’il protège nos enfants et la jeunesse de la Ummah musulmane, ameen.

Source : muslimskeptic.com

islametculture

Froment Mickael est un Français originaire de Picardie et vivant en France. Actif sur YouTube (Islam Et Culture), FaceBook et Twitter, il est aussi le propriétaire d'un site internet (Islam Et Culture). Diplômé de l'I.E.S.H de Saint-Léger de Fougeret il s'est lancé depuis maintenant quelques années dans un travail de dédiabolisation de l'Islam alimentée par beaucoup… N'hésitez pas à le soutenir mais aussi à l'aider dans ses projets; rejoignez-le dès à présent sur son compte Youtube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *